Authentication - Register

Complete the form below to create your account

This will be your public name in the community
We need this to keep you informed about your account

Mandatory data.

Why you'll love MyOMSYSTEM

All members get access to exclusive benefits:

  • Member community
  • Register products
  • Extended warranty
  • Monthly newsletter

Comment j’ai obtenu cette photo

Rares sont les personnes qui ont la chance d'apercevoir l'autour des palombes, un redoutable oiseau de proie. La plupart du temps, il vit caché au cœur des forêts profondes. L'écureuil et divers oiseaux forestiers, dont le geai des chênes, font partie des mets très appréciés de ce rapace. Cet oiseau fonce à toute allure entre les arbres, puis, avec beaucoup de force et de précision, plante ses griffes dans sa proie, qui se retrouve prise au piège dans cette embuscade rapide.

L'autour des palombes possède quatre griffes, la numéro deux est une grande griffe meurtrière tranchante comme une lame de rasoir qu'il utilise pour euthanasier ses proies. Les trois autres servent à les agripper. Si la chance lui sourit et que la chasse est bonne, l'autour des palombes se délecte également de carcasses de chevreuils ou d'élans. Ce comportement est un atout non négligeable pour le photographe animalier, car il peut se poster près des carcasses d'animaux, puis attendre et espérer qu'un autour se manifeste s'il se trouve au bon endroit. Nous retrouvons cette approche sur cette photo où un cerf est mort à proximité d'un étang.



J'utilise le M.Zuiko Digital ED 150-400mm F4.5 TC1.25x IS PRO comme objectif principal, car il me permet de photographier l'autour des palombes à une certaine distance, mais celui-ci occupe tout de même une grande place dans le cadre. Près de l'étang, devant mon abri photo, j'ai placé un peu de graisse pour nourrir le geai des chênes et les pics, et ainsi réaliser de beaux clichés. Le jeune autour des palombes a tout à coup repéré la graisse que j'avais placée. Il a sans doute pensé que son goût était meilleur que celui d'un chevreuil. Il a délaissé le cerf pour se diriger vers l'étang. J'étais assis, fin prêt, avec un autre boîtier et mon deuxième objectif préféré fixé : le M.Zuiko Digital ED 40-150mm F2.8 PRO. Cet objectif présente un avantage considérable, à savoir l'ouverture F2.8 fixe. Tout d'abord, cette ouverture permet des vitesses d'obturation plus élevées, un atout souvent recherché. Ensuite, l'ouverture plus large permet d'obtenir un effet bokeh très doux, si bien que le motif principal, à savoir l'autour des palombes, retient toute l'attention.

Une fois que l'oiseau est prêt à prendre son envol, vous n'avez pas le temps de faire beaucoup de changements dans les réglages de l'appareil photo. Il vaut mieux tous les effectuer à l'avance. Maintenant, je vous montre la vitesse d'obturation que j'ai choisie pour cette image. En règle générale, si vous souhaitez obtenir une photo nette d'oiseaux en plein vol, vous devez être à une vitesse d'obturation d'au moins 1/2500 s pour vous assurer d'éliminer le flou de mouvement. Dans ces conditions spécifiques, à cet instant précis où la lumière est faible dans une forêt sombre, il est presque impossible d'atteindre une vitesse vraiment rapide.

Faites preuve de créativité ! J'ai eu l'idée d'une autre option intéressante, à savoir régler une vitesse d'obturation plus longue, ce qui peut faire ressortir les mouvements d'ailes de l'autour et ainsi produire une image étonnante si tout se déroule comme prévu. J'ai pensé qu'une vitesse d'obturation de 1/50 s me permettrait d'obtenir le beau mouvement que je souhaitais. Dans une certaine mesure, il s'agit d'expérience ou d'essais et d'erreurs. Pour que la tête soit bien nette, il n'y a pas grand-chose à faire, si ce n'est croiser les doigts et espérer que la tête de l'autour soit suffisamment stable en une seule prise, pour obtenir par miracle une netteté des yeux acceptable. Pour que la photo soit réussie, il faut que les yeux de l'autour soient nets.

L'ISO était réglée sur 800 et avec un objectif lumineux comme le F2.8, j'ai obtenu la vitesse d'obturation souhaitée de 1/50 s. J'ai dézoomé l'objectif à 55 mm pour pouvoir photographier l'autour en entier avec ses ailes déployées et, par chance, la longueur focale s'est avérée parfaite. Avec un objectif zoom, je peux zoomer s'il s'agit d'un petit oiseau, ou dézoomer pour un oiseau plus grand comme ici avec l'autour des palombes. Le 40-150mm F2.8 est vraiment un objectif flexible à avoir comme seconde option.

Lorsque l'autour des palombes s'est posé, j'ai utilisé la mise au point automatique en continu. J'ai réglé l'appareil photo sur la prise de vue séquentielle basse à une cadence de 18 images par seconde, avec balance des blancs automatique et mesure évaluative, puis j'ai pris la photo. J'étais vraiment enthousiaste lorsque j'ai parcouru les clichés. Le mouvement des ailes était exactement le résultat que j'espérais, et la netteté s'est faite au bon endroit. Toutes les photos ont été prises au format RAW, offrant ainsi plus de flexibilité lors du post-traitement, notamment pour les expositions délicates.

Produits présentés :

M.Zuiko Digital ED 40-150mm F2.8 PRO

About the author

Related Tags

Comments

More from ‘Birds’