Authentication - Register

Complete the form below to create your account

This will be your public name in the community
We need this to keep you informed about your account

Mandatory data.

Why you'll love MyOMSYSTEM

All members get access to exclusive benefits:

  • Member community
  • Register products
  • Extended warranty
  • Monthly newsletter

CONSEILS POUR PHOTOGRAPHIER UNE PLUIE DE MÉTÉORES

À n’importe quel moment de l’année, il n’est pas rare d’observer un ciel nocturne dégagé et d’apercevoir de temps à autre un météore se mouvoir à travers le ciel. Cependant, à chacune de ses orbites autour du soleil, notre petite planète bleue passe à travers plusieurs essaims météoritiques qui peuvent produire jusqu’à cent météores par heure : une pluie de météores.

Ces essaims sont créés par des comètes en orbite qui perdent des particules cosmiques en s’approchant du soleil. Photographier ces événements célestes peut constituer une tâche ardue, mais vous pouvez améliorer vos chances de réussite grâce à certaines informations.

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Savoir où et quand une pluie de météores va se produire est la première étape d’une prise de vue nocturne réussie. Ces particules se déplacent en général parallèlement à la comète dont elles sont issues et sembleront donc s’écarter d’un point unique dans le ciel. Elles sont nommées selon la constellation ou l’étoile brillante la plus proche à partir de laquelle elles rayonnent. Ce « point fixe » parcourra le ciel tout au long de la nuit, de la même manière que les étoiles.

Le tableau ci-dessous répertorie les principales pluies de météores tout au long de l’année, les meilleures dates pour les observer et l’endroit où elles se situent dans le ciel.

Remarques :

  • Les Perséides et les Géminides sont considérées comme les meilleures pluies de météores à observer, avec jusqu’à 100 météores ou plus par heure. Bien entendu, les Perséides seront les plus agréables à observer, compte tenu des températures estivales plus douces.
  • Les pluies de météores se déplacent généralement vers le sud et gagnent en altitude au fil de la nuit, ce qui fait que les heures qui précèdent l’aube sont les plus idéales pour l’observation.
  • Bien que la plupart des météores au cours d’un événement puissent paraître émaner d’un point fixe spécifique, elles peuvent être observées dans l’ensemble du ciel.
  • Pour des informations plus détaillées, consultez la bibliothèque des pluies de météores sur le site dateandtime.com

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

E-M1 Mark III • M.Zuiko Digital ED 12mm F2.0 • 1/12 s • F2.0 • ISO 3200

Conseils pour observer une pluie de météores

  1. Restez à l’écart de la lumière. La lumière ambiante de la ville ou même celle de la lune peut fortement entraver votre capacité à observer les météores ; par conséquent, cherchez un endroit où le ciel est sombre afin d’améliorer vos chances.
  2. Vérifiez la météo. Avant de partir, vérifiez les prévisions météo et assurez-vous qu’un ciel dégagé est prévu à l’endroit de votre observation. Généralement, je consulte une image satellite comme celles que l’on peut trouver sur zoom.earth pour m’assurer qu’aucune couverture nuageuse n’approchera au cours des prochaines heures. Les graphiques de ciel dégagé peuvent s’avérer très utiles, car ils prédisent les conditions d’observations sur des centaines de sites spécifiques dans toute l’Amérique du Nord.
  3. Installez-vous confortablement. Le terme « pluie de météores » peut vous donner l’impression que le ciel sera inondé d’un essaim constant d’étoiles filantes. Désolé, il n’en est rien ! Même les pluies de météores les plus actives ne produisent qu’un ou deux météores par minute, alors faites preuve de patience et apprêtez-vous à scruter l’espace pendant un bon moment. Amenez avec vous une chaise ou une couverture ainsi qu’un insecticide (à moins que l’on ne soit en décembre) et portez plusieurs couches de vêtements, car même l’été peut être frais après le coucher du soleil.
  4. N’oubliez pas votre lampe frontale. Se repérer dans l’obscurité peut s’avérer difficile, même dans un endroit familier. Amenez avec vous une lampe frontale ou une lampe de poche et assurez-vous d’avoir des piles suffisamment chargées. Idéalement, utilisez une lampe frontale avec une option de lumière rouge, car il est plus facile pour vos yeux de s’y adapter.
  5. Connaissez bien votre pluie de météores. Vérifiez la direction et l’altitude d’observation les plus adaptées pour la pluie de météores spécifique que vous observez, en gardant à l’esprit que ces deux paramètres évolueront au fil de la nuit.

Conseils pour photographier une pluie de météores

Ça y est, vous avez trouvé un excellent emplacement, les conditions sont idéales et les météores fusent. Passons à la photographie ! Un grand nombre des conseils qui vont suivre s’appliquent à la plupart des photographies du ciel nocturne. Si vous débutez dans l’astrophotographie, consultez la publication sur my blog, qui vous donnera les bases nécessaires.

  1. Pointez votre appareil photo dans la bonne direction. Autant commencer là où nous en étions restés dans la section précédente. Vos chances de capturer un météore augmenteront grandement si vous savez de quel endroit du ciel émanera la pluie de météores.
  2. N’oubliez pas la composition. Il est toujours excitant de voir que vous avez capturé un météore sur votre écran LCD, mais la photographie finale sera plus impressionnante si vous pensez à inclure un avant-plan intéressant. Il peut s’agir de quelques arbres, d’un vieux bâtiment ou de montagnes au loin.
  3. Utilisez un trépied. Étant donné que de longues durées d’exposition sont à l’ordre du jour (ou de la nuit), utilisez un trépied robuste et assurez-vous que tous les boutons et manivelles sont bien serrés. Le moindre mouvement peut créer un flou indésirable dans l’image finale.
  4. Optez pour du grand angle. Sélectionnez un objectif grand angle et la plus grande ouverture possible. Mes objectifs astronomiques préférés sont l’OM SYSTEM M.Zuiko 8mm F1.8 PRO Fisheye et le 12mm F2. Gardez à l’esprit que plus l’objectif est large, plus les météores paraîtront petits ; cependant, si vous passez à un champ de vision plus étroit, vous capturerez également une zone plus réduite du ciel et manquerez probablement un grand nombre de météores.
  5. Trouvez la bonne exposition. Déterminez la vitesse d’obturation maximum que vous pouvez utiliser en suivant la règle des 400, c’est-à-dire en divisant 400 par la longueur focale réelle de l’objectif. Dans l’exemple ci-dessus avec l’objectif 12mm, le calcul serait le suivant : 400/24 = 16,67 s. Par conséquent, la vitesse d’obturation maximum que je peux utiliser avant que les étoiles commencent à devenir floues est de 15 secondes. En ce qui concerne l’ISO, commencez à 1600 et ajustez si nécessaire. Avec une technologie de capteur améliorée, je capture généralement mes images avec une sensibilité ISO de 3200.
  6. Utiliser ou non la réduction du bruit ? Toutes les expositions longues créeront une certaine quantité de bruit numérique. Vous pouvez réduire cet effet en activant la réduction du bruit intégrée à votre appareil. Malheureusement, cela double aussi le délai entre les prises de vue : une exposition de 20 secondes ajoute une séquence de réduction du bruit de 20 secondes. Les météores qui passeront pendant cette période seront bien entendu manqués. Si vous vous sentez à l’aise pour réduire le bruit lors du post-traitement à l’aide d’un programme comme Lightroom ou en empilant des images, vous pouvez envisager de désactiver la réduction du bruit, sinon, laissez-la activée.
  7. Prenez des photos tests. Prenez plusieurs photos tests avec vos réglages caméra verrouillés et en cadrant bien la scène. Vérifiez l’exposition et la composition générales.
  8. Laissez l’appareil photo se charger du gros du travail – OM SYSTEM a conçu plusieurs fonctionnalités qui permettent de photographier plus facilement de nuit qu’auparavant. Composer une prise de vue de nuit peut s’avérer étonnamment difficile, c’est pourquoi j’utilise toujours la fonctionnalité de Vision nocturne de mon OM-1. Elle augmente la luminosité du viseur électronique, ce qui facilite grandement la composition. Elle peut être activée dans le menu Gear3 de l’OM-1. La mise au point peut également s’avérer difficile. Pour des étoiles bien nettes, utilisez Starry Sky AF, disponible sur l’OM-1 et l’OM-5.
  9. Automatisez votre prise de vue. Une fois que je suis satisfait des réglages, j’active la fonctionnalité de time lapse (prise de vue intervalle) pour ne pas avoir à appuyer sur le bouton de relâchement du déclencheur après chaque exposition. Je la configure de manière à capturer plusieurs centaines de prises de vue avec un délai d’une seconde entre chaque prise de vue. Ainsi, je peux me détendre et profiter du spectacle pendant que l’appareil photo fait tout le travail. Si vous n’êtes pas familiarisé avec la photographie time lapse, consultez ma blog post. Si vous préférez utiliser le bouton de relâchement du déclencheur pour chaque prise de vue, activez un délai d’une ou deux secondes pour empêcher qu’un tremblement de l’appareil photo ne floute accidentellement la photo ou utilisez un déclencheur à distance comme l’application O.I.Share pour les appareils photo OM SYSTEM.

Quand une étoile filante n’en est-elle pas réellement une ?

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Un météore capturé pendant les Perséides en août.

À l’œil nu, on peut difficilement confondre un météore avec toute autre forme d’activité dans le ciel nocturne. Les météores se déplacent assez rapidement à travers le ciel et ne durent généralement qu’une seconde, parfois plus, parfois moins. Ils gagnent aussi en luminosité avant de s’estomper. Mais sur une image statique, il peut être difficile de déterminer ce qui a créé une traînée de lumière. Les avions sont équipés de lumières stroboscopiques qui confèrent un aspect semblable aux jeux du type « relier les points » caractéristique à votre image et sont donc faciles à identifier. Les satellites quant à eux réfléchissent la lumière du soleil et créent donc une traînée de luminosité constante de l’avant à l’arrière. La photo ci-dessus montre clairement la lumière gagner en intensité de haut en bas avant de s’estomper rapidement. Les satellites n’ont pas cet aspect, à une exception près : les flashs Iridium. Les satellites de la série Iridium comportent des surfaces fortement réfléchissantes qui créent un flash bref mais très visible lorsqu’ils parcourent leur orbite. Ils se déplacent plus lentement que les météores et ne risquent donc pas d’être confondus avec ceux-ci à l’œil nu, mais sur une image fixe, ils peuvent paraître assez similaires.

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Lors de cette prise de vue, la réflexion d’un satellite a créé cette traînée lumineuse brillante dans le ciel. À moins de l’avoir vue, on peut facilement la confondre avec un météore sur votre image. Ces satellites se déplacent beaucoup plus lentement qu’une « étoile filante ».

La plupart de mes photos qui incluent des météores ont été capturées en utilisant la fonctionnalité de time lapse ou le retardateur personnalisé. Par conséquent, il est possible que je ne voie pas réellement le météore capturé par mon appareil photo traverser le ciel. Alors comment vous assurer d’avoir capturé un météore ? Les météores plus lumineux laisseront une « empreinte » caractéristique. Ils ont souvent une queue verdâtre et un point plus lumineux vers la tête, à l’endroit où le météore a explosé. L’image ci-dessous illustre clairement ce phénomène. Des météores plus petits peuvent tout de même apparaître sur votre image, mais aucune couleur remarquable n’y sera associée.

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

On peut clairement voir qu’il s’agit d’un météore avec sa queue verte caractéristique. Les météores plus petits n’apparaîtront pas aussi clairement.

Utiliser le Live Composite

Si vous photographiez avec un appareil OM SYSTEM, votre premier réflexe sera peut-être d’utiliser la fonctionnalité Live Composite, car celle-ci capturera toutes les variations lumineuses au cours de plusieurs minutes ou heures. Cela vous permettra de capturer jusqu’à 6 heures d’activité dans le ciel nocturne en une seule image. À vrai dire, je vous déconseillerais de procéder ainsi, car les traînées laissées par les étoiles se superposeront à tous les météores que vous capturerez, à moins que ce soit l’effet que vous recherchiez.

E-M1 Mark II • M.Zuiko Digital ED 7-14mm F2.8 PRO • F2.8 • ISO 1600

L’utilisation du Live Composite est une excellente façon de capturer les traînées d’étoiles, mais celles-ci peuvent interférer avec les météores.

Des météores par dizaines

Est-il possible de photographier plusieurs météores en une seule prise de vue ? Malheureusement, non. Il est extrêmement improbable que vous observiez plus d’une ou peut-être deux étoiles filantes au cours d’une exposition de 15 à 20 secondes. Ces photographies sur lesquelles vous avez pu voir une dizaine de météores ou plus sont des images composites assemblées à partir de plusieurs prises de vue. L’image ci-dessous en est un exemple. Il s’agit d’une combinaison de 15 images réalisée avec Photoshop et un masquage des couches.

E-M1 Mark III • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Photographiée pendant les Perséides, j’ai utilisé la fonctionnalité de time lapse pour capturer de nombreux météores. Ils ont ensuite été combinés en une seule image.

Conclusions

Avec un peu de préparation et un brin de chance, il est tout à fait possible de capturer un grand nombre de météores en une heure de prises de vue environ. N’oubliez pas de faire un vœu !

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Il est rare d’observer un météore dans des conditions plus lumineuses de nuit, c’est pourquoi j’ai été ravi de photographier celui-ci lors d’un lever de lune.

OM-1 • M.Zuiko Digital ED 8mm F1.8 Fisheye PRO • 1/15 s • F1.8 • ISO 3200

Liens utiles

Voici tous les liens auxquels il est fait référence dans cette publication, ainsi que quelques liens supplémentaires :

  • Astrophotography 101 Un tutoriel d’introduction à la photographie du ciel nocturne
  • Live Composite Apprenez les bases de la création de vos propres images en Live Composite
  • Time Lapse Instructions d’utilisation étape par étape de la fonctionnalité de time lapse
  • Starry Sky AF Instructions d’utilisation de Starry Sky AF
  • timeanddate.com Offre plus de détails sur chacune des principales pluies de météores
  • Clear Sky Charts Trouvez les conditions du ciel pour des centaines de sites en Amérique du Nord
  • Heavens Above Trouvez de nombreuses informations astronomiques très utiles, y compris où et quand apercevoir les flashs Iridium là où vous vous trouvez.
  • Iridium Flares in Real Time Vidéo YouTube de flashs Iridium.

Produits présentés :

About the author

Related Tags

Comments

More from ‘Adventure Landscape’